Avec la sortie de SQL Server 2012, un nouveau mode de modélisation sous Analysis Services (SSAS) est disponible : Le mode tabulaire. Avec la modélisation multidimensionnelle, utilisant le traditionnel moteur OLAP, ces deux axes de modélisation s’intègrent dans ce qu’on appelle la « BISM », pour Business Intelligence Semantic Model, un modèle qui peut prendre en charge une grande gamme de besoins en terme de reporting ou d’analyses.

Ces deux modes ne peuvent pas coexister sur la même instance SSAS. Par contre rien ne vous empêche d’installer deux instances! Dans ce cas, laquelle utiliser? Voici les axes de réflexion :

  • Analyse des impacts sur le projet
  • Les possibilités de restitutions
  • Les limitations techniques

Ci-dessous les principales questions à vous poser qui vous aideront dans le choix de votre solution de modélisation pour votre nouveau projet Microsoft BI :

Analyse des impacts sur le projet

Quels sont les impacts en termes de temps de développement, de flexibilité et d’expérience utilisateur de chacune des deux solutions?

- Le modèle multidimensionnel permet de palier nativement aux modèles de données les plus complexes, et offre la possibilité de faire des analyses poussées grâce au MDX (MultiDimensional Expressions), qui permet de créer des logiques d’affaires sophistiquées comme prévoir l’évolution de la marge (hiérarchies complexes). Par contre, nous faisons face aux contraintes suivantes:

  • Réponds aux besoins les plus complexes, mais nécessite généralement des cycles de développement plus long.
  • Plus difficile de s’adapter aux changements de la business.
  • Demande des compétences en MDX, qui n’est pas un langage facile à apprendre.

- Le modèle tabulaire présente les données sous forme de tables liées par des relations (comparable au modèle relationnel). Dans ce mode vous avez le choix entre l’utilisation du moteur Vertipaq qui stocke les données tabulaires en mémoire (par colonnes) permettant un temps de réponse très rapide, ou DirectQuery pour interroger directement la base de données. Manipuler des données tabulaires semblera familier pour toute personne qui a l’habitude de travailler avec des bases de données relationnelles, sur Excel, ou avec Access. De plus les formules sont écrites en DAX (Data Analysis Expressions), langage considéré comme une extension d’Excel, donc facile à apprendre comparativement au MDX.

En résumé voici les points clés :

  • Un mode familier pour beaucoup d’utilisateurs.
  • Des cycles de développement courts, permettant une plus grande flexibilité.
  • Ne réponds pas de façon native à plusieurs besoins complexes liés principalement au modèle de données, cela demanderait des notions plus poussées en DAX.

Les possibilités de restitutions

Est-ce que je peux utiliser n’importe quel outil de restitution (tableaux de bord, rapports, analyses) avec n’importe quel modèle?

OUI. Des outils comme Excel ou SSRS génèrent du MDX, mais peuvent quand même requêter un modèle tabulaire.

Toutefois il y a actuellement deux exceptions:

  • PowerView (utilisant DAX) ne peut se baser que sur un modèle tabulaire. Il est prévu pour les futures versions de SQL Server que DAX puisse requêter un modèle multidimensionnel.
  • Les modèles tabulaires configurés avec DirectQuery ne peuvent être requêtés qu’avec un outil utilisant DAX (comme PowerView).

Les limitations techniques

Quelles sont les principales limitations techniques à prendre en compte pour la modélisation ?

  • Le modèle de données :
    Les relations many-to-many ne sont pas traitées nativement en mode tabulaire, il faudrait utiliser des requêtes DAX plus complexes, de même pour les hiérarchies Parents/Enfants.
  • La Performance :
    Le mode tabulaire permet un temps de réponse très rapide, mais un point essentiel est que l’optimisation de la performance en mode tabulaire dépend directement de la quantité de RAM disponible. Pour avoir plus de détails sur ce point (ainsi qu’une liste exhaustive des limitations techniques), se référer à l’article technique présent sur le msdn

Après avoir suivi ces pistes de questionnement, on se rend bien compte que le choix dépend des besoins du projet. De votre côté, quel type de modélisation avez-vous choisi pour votre projet et pourquoi ? Répond-il à vos attentes ?

Partager cet article
  


CONTACT

agileDSS Inc.
407, rue McGill, bureau 500.
Montréal (QC) H2Y 2G3.

info@agiledss.com
(514) 788-1337