Le 24 avril dernier, Tableau a annoncé plusieurs changements dont nous avions fait état dans un article de blogue que vous pouvez consulter ici. Nous avions alors effleuré le sujet des nouvelles fonctionnalités de Tableau Desktop Online et Server qui ont été mises à disposition avec cette nouvelle version. Dans le présent article, nous étudions les nouveautés de Tableau 2018.1 que nous trouvons les plus intéressantes :


  • Création de nouvelles sources de données partir du web
  • Modèles de tableaux de bords pour certaines sources de données
  • Ajout des paliers et pics comme type de ligne
  • Axe double pour l’utilisation de cartes
  • Amélioration de la capacité d’édition des tableaux de bord via l’interface web
  • Amélioration de l’interface graphique pour la gestion de Tableau Bridge


1- Création de nouvelles sources de données à partir du web

Il est désormais possible de se connecter à des sources de données à partir de son navigateur web pour Tableau Online et Server. Plusieurs connecteurs existent pour des bases de données ou des applications web. De plus, fichiers Excel et CSV peuvent être utilisés. Il suffit de glisser-déposer (« drag and drop ») le fichier choisi: Tableau va le télécharger et il sera possible de créer des visualisations et de sauvegarder le tout sur le site auquel vous êtes connecté.

 image (19)

Les bases de données auxquelles il est possible de se connecter avec 2018.1 sont les suivantes :

  • Amazon Aurora
  • Amazon Redshift
  • Denodo
  • EXASQL
  • Google Cloud SQL
  • HP Vertica
  • MemSQL
  • Microsoft SQL Server
  • MySQL
  • PostgreSQL
  • Snowflake

image (20)

Les applications web disponibles sont les suivantes :

  • Salesforce
  • Oracle Eloqua
  • Marketo
  • ServiceNow

Cependant, pour accéder aux données des applications web, il faut utiliser la fonctionnalité «Dashboard Starters» qui sera abordée dans la section suivante.

Il est important de mentionner que cette fonctionnalité est seulement disponible pour les usagers possédant une licence « Creator » selon la nouvelle grille de tarification de Tableau. Pour la licence « Explorer », seul l’accès aux sources de données déjà publiées est possible.

2- Modèles de tableau de bord

Pour augmenter la rapidité de prise en main de l’outil, Tableau Online offre des modèles de tableaux de bord, « Dashboard Starters », déjà prêts à être utilisés pour les quatre applications web mentionnées plus haut: Salesforce, Oracle Eloqua, Marketo et ServiceNow. Ces modèles de tableaux de bord mettent le focus sur l’interprétation des résultats affichés, permettant une prise de décision rapide. Pour chaque application, des tableaux de bord sont disponibles pour l’analyse de sujets spécifiques à l’application sélectionnée. Pour rappel, cette fonctionnalité n’est disponible que si l’utilisateur a une licence « Creator ».

Pour Salesforce :

  • Suivi des comptes
  • Résultats trimestriels
  • Principaux comptes
  • Vue d’ensemble des opportunités
  • Suivi des opportunités
  • Leads marketing

image (21)

Pour Oracle Eloqua :

  • Vue d’ensemble des performances des campagnes
  • Tableau de bord des détails des campagnes
  • Tableau de bord de l’engagement des comptes

image (22)

Pour Marketo :

  • Vue d’ensemble des performances des courriels
  • Performance des courriels par campagne
  • Engagement web par compte

image (23)

Pour ServiceNow :

  • Tableau de bord de suivi de l’activité
  • Rapport sur les demandes
  • Suivi des problèmes
  • Rapport d’anomalies
  • Suivi des incidents
  • Rapport d’incidents

image (24)

3- Paliers et pics

Tableau a ajouté une fonctionnalité intéressante qui permet maintenant en quelques clics de créer des paliers sans utiliser l’étagère Trajet (« Path shelve »). L’utilisation de paliers ou de pics est utile pour représenter des données discrètes. Par le passé, on utilisait soit un simple graphe en ligne, qui ne reflétait pas toujours très bien la nature discrète de la donnée, soit un graphe en barre qui possédait ses limites, surtout lorsqu’il y avait beaucoup de catégories.

Voici un exemple utilisant le jeu de données « Sample Superstore » de Tableau :

 image (25)

Pour illustrer ce qui est mentionné plus haut, intéressons-nous à la section encadrée dans l’image ci-dessous:

 image (26)

La section encadrée illustre bien l’utilité des paliers et pics comparativement à la ligne et aux barres. À partir des barres, il est difficile de bien voir la tendance qui se dégage pour ces produits, même si c’est déjà plus facile qu’à partir du graphe en ligne. L’utilisation de paliers ou pics fait en sorte que la tendance de ces produits ressort beaucoup plus facilement. Dans ce cas-ci, avec la multitude de produits présents, la continuité entre chaque point pour les paliers vient grandement aider à interpréter la donnée en comparaison avec les trois autres graphes. À l’aide des paliers et des pics, on voit aussi plus facilement la différence entre les divers produits versus la ligne. Ceci n’est qu’un simple exemple de l’utilité des pics et paliers, et nombres d’entre vous serons en mesure d’en retirer tous les avantages à travers vos visualisations.

4- Axe double pour l’utilisation de cartes

La fonctionnalité d’axe double maintenant disponible permet de combiner latitudes et longitudes personnalisées ou générés automatiquement. Ceci ouvre la porte à la création de cartes avec plus d’une couche d’information spatiale.

Par exemple, prenons le jeu de données Superstore, avec une visualisation qui affiche dans une première couche les ventes de chaque état à partir d’une carte chloroplèthe. Comme seconde couche, on affiche chaque ville à l’aide d’un point qui permet de voir d’où proviennent les commandes par état. L’intensité de la couleur des points indique le nombre de commande provenant de cette ville. Rapidement, on identifie les états avec le plus de ventes à l’aide de la première couche de données, et la seconde, avec les villes, vient aider à la compréhension. Tout ceci aurait auparavant nécessité l’utilisation d’un fichier spatial. Aujourd’hui, le tout s’effectue beaucoup plus rapidement.  

 image (27)

Nombre d’entre vous pourront probablement faire des visualisations bien plus avancées que l’exemple plus haut en utilisant au maximum cette nouvelle fonctionnalité et faire ressortir ainsi de nouvelles perspectives de vos données. L’introduction de cette nouveauté rend l’utilisation des cartes encore plus attrayante, et augmente significativement la capacité de Tableau à “faire parler” la donnée.

5- Amélioration de la capacité à créer des tableaux de bord via l’interface Web

À chaque nouvelle version, Tableau augmente ses capacités d’édition des tableaux de bord directement à partir du Web pour Tableau Server et Online. La version 2018.1 n’échappe pas à la règle: Tableau a ajouté la capacité d’éditer des annotations, de mettre à jour les axes de vos graphes, de redimensionner les en-têtes, ou encore d’utiliser la fonctionnalité Montre-moi (« Show me »). Les fonctionnalités de tri directement dans le navigateur ont également été améliorées.

 image (29)

image (28)

Toutes ces nouveautés démontrent la volonté de Tableau de faciliter le déploiement de l’outil dans une organisation, en requérant un minimum d’efforts pour l’équipe TI. En effet, les améliorations de Tableau 2018.1 minimisent l’effort d’installation en réduisant le nombre de licences et d’installation de Tableau Desktop pour faire du développement de tableau de bord, et permettent de le faire à travers l’un des navigateurs Web standard, tant qu’une connexion internet est présente. L’annonce de changement de la grille tarifaire avec la création de la licence « Explorer »  est un grand pas de plus dans cette direction. (Pour plus de détails, cliquez ici)

 

6- Amélioration de l’interface graphique pour la gestion de Tableau Bridge

Des améliorations à la gestion du client Tableau Bridge pour Tableau Online ont été mises en place, facilitant ainsi la gestion à l’administrateur de site. Dans la section Paramètres (« Setting »), il y a maintenant un onglet Bridge qui vous amènera à une page similaire à celle de la capture d’écran plus bas :

 image (30)

Cette page est divisée en 3 sections :

1- La section pour déterminer si le client Tableau Bridge peut maintenir des connexions en temps réel (« live ») pour les données « on-premise »

2- La section « Client Summary » qui indique rapidement :

a) Le nombre de clients Tableau Bridge total

b) Le nombre de clients Tableau Bridge qui maintiennent seulement des extraits

c) Le nombre de clients Tableau Bridge qui maintiennent au moins une connexion en temps réel

Le message « Not load balance » indique que

  • Aucun client n’est configuré pour maintenir des connexions en temps réel
  • Seulement un client est configuré pour maintenir des connexions en temps réel

3- La section « Client Status » donne plus de détails sur la configuration et le statut de chacun des clients associés au site.

Ces modifications permettent aux administrateurs de site d’être en mesure d’identifier rapidement des potentiels problèmes liés à une mauvaise répartition de la charge des extraits à gérer à travers les multiples connexions Tableau Bridge disponibles, et ainsi d’assurer une stabilité et un service ininterrompu de l’actualisation des données.

Finalement, on constate que Tableau a ajouté de nombreuses fonctionnalités dans la version 2018.1 de l’outil, afin de faciliter la création de visualisations simples ou sophistiquées. Ces améliorations restent toujours dans l’optique de la mission de Tableau: aider les gens à voir et comprendre leurs données. Ce blogue n’est qu’un aperçu des principales fonctionnalités ajoutées avec la dernière version ; si vous êtes intéressé(e) à connaître la liste exhaustive de toutes les nouvelles fonctionnalités, cliquez ici.

Partager cet article
  


About the author

Maxime Guy

Maxime Guy est conseiller BI et analytiques. Il se spécialise sur les outils Tableau Software et SAS, avec une double compétence BI et statistiques.

CONTACT

agileDSS Inc.
407, rue McGill, bureau 501.
Montréal (QC) H2Y 2G3.

info@agiledss.com
(514) 788-1337